Le design de Marlau

Il y a dans la démarche de Marion & Laul, un travail plastique sur le métal qui en fait des designers à haut risque. Ici à l’œuvre, la transmutation en art de métaux vils. Marion & Laul ou « LIGHT UP PARIS » s’inscrivent dans la vague actuelle de recyclage et de récupération. Ils croient en la force expressive des matériaux industriels. Ils voient dans les crans et les rayures, une esthétique singulière à valoriser.

Composées de pièces en fonte, en fer ou en acier, leurs lampes ont un design minimaliste et épuré qui rend un culte critique à l’objet usiné. Il y a donc du nouveau réalisme dans le travail de Marion & Laul, à ceci près que leurs assemblages ingénieux aux effets électro-artificiels ont une destination instrumentale : chapeau bas pour cette ergonomie altière et poétique.

Orion invoque lumière et constellation. Et pour cause : une chaîne de moissonneuse-batteuse transmet la lumière en canevas ! Ampoule à gros volume recommandée. La pièce additionne sur son trépied plaques de métal sculptées et patinées. Les plus avisés y verront un arbre à cames de camion Mercédès. Pour une ambiance tamisée, tournez.

Altaran, une pièce sobre, tout en équilibre sur une tige au pied circulaire fait de roues de charrue ou de chaînes de vélo (qui sait ?), une roue crantée encercle, telle une auréole, l’ampoule que vous choisirez. Fleur, flèche, fusée… un conseil : stock d’ampoules à varier.

Vesta (plus de détails sur awa), cette pièce aux allures d’artefact mécanique donne envie d’être saisie. Mais on n’est pas face à L’automatic fucking machine de No Art. C’est juste une longue vue désarmée et éclairante. On imagine un système de variateur intégré à la gâchette, des options de mises en lumière adaptées. En cas d’effets indésirables, consultez.