Z Variations paysagères

L’exposition actuelle de la galerie Prodromus (Paris 11ème) porte si bien son nom : des représentations de paysages qui rivalisent d’inventivité, d’originalité et de génialité ! Nous y retrouvons Vincent BEBERT, et nous y découvrons Myriam BOCCARA, Sébastien LEROY, Bernard MOREL, et Josquin POUILLON.

Bien moins impressionnistes que polymorphes, ces 5 séries donnent à voir le paysage…

– qu’il soit schématisé  et réduit aux traits qui l’expriment le plus intensément… ainsi en est-il de « La rivière rouge » de Sébastien LEROY en lequel la couleur de l’eau se déduit du soleil crépusculaire qui s’y reflète,

riviererouge

– qu’il se décline dans tout ce qu’il a de profondeur, de perspective et de géométrie, à la manière des pastels secs sur papier de Myriam BOCCARA, ces paysages anthropomorphes dont les titres énigmatiques « Soudain » ou « Ensemble » nous rappellent que la nature et l’humain ne font qu’un, le second étant une partie intégrante du premier,ensemble

prodromus1

– qu’il soit peuplé de toutes sortes de figurations et découpé en parties qui se disjoignent, se réunissant dans un nouvel ordre comme une nouvelle harmonie, nous rappelant ainsi aux géométries diverses de la notion, à la manière des triptyque ou tétraptique (soyons précis !) de Josquin POUILLON,

pouillon1

– qu’il soit figé dans un métal bleu gris à la manière de Bernard MOREL qui nous présente sous tout format des paysages de zinc sur bois…

morel

– qu’il soit peint dans toute son épaisseur, tel que le fait Vincent BEBERT dont les montagnes de Bavière sont de nouveau accrochées… et c’est de son aveu même que nous en avons la preuve : il y a la mer en Bavière ! Elle ne coule pas entre les reliefs de ce land allemand, mais elle coule dans ses yeux… Elle est l’écran à travers lequel il observe tous les paysages, tous autant imprégnés en effet de son impétuosité et de son opacité mouvante. Certains verront dans ses toiles un trop plein de peinture et de matière, quand d’autres y verront une capacité indéniable et miraculeuse de transcrire le règne vivace de la nature… sa teneur, sa fougue, sa faculté de nous ressourcer,

ainsi que le promet toute promenade dans l’art.

bebert1

bebert2

www.prodromus-galerie.com

Un commentaire

  1. Caulliez · juin 11, 2015

    Très bel article.
    Merci.
    Serais heureuse de recevoir vos prochains articles.
    Cordialement.
    Bénédicte

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s